Vous avez une dent dévitalisée non couronnée …

Vous avez ou avez eu une dent dévitalisée non couronnée depuis plusieurs années.
Pouvez-vous témoigner de son évolution : couleur, solidité etc…
Merci d’avance
Une pensée pour toutes les victimes du dentiste de l’horreur (2016). de DENTEXIA (2018) et de tous les isolés abandonnés.
Tout cela est rendu possible car le dentiste libéral est à la fois celui qui diagnostique et celui qui réalise les soins, et celui qui juge que son travail est bien fait dans la mesure de ses capacités.

 
Si le diagnostic était réalisé par des dentistes diagnostiqueurs de la CPAM (car c’est la sécu qui paye), puis le travail confié à des dentiste du milieu libéral ou non, ce genre d’excès n’aurait pas eu lieu.
Publicités

0/ MALTRAITANCE DE PATIENTS PAR CERTAINS DENTISTES : TEMOIGNAGE D’UN PATIENT TORTURE PAR DES PROTHESES DENTAIRES

0/ En Préambule

Je raconte comment j’ai réellement souffert suite à la pose de prothèses dentaires en surocclusion (voir point 5 : Mes souffrances), avec des dentistes qui n’ont pas voulu ou ont eu du mal à reconnaître que leur travail était la cause de ces souffrances et ont rejetté la faute sur le patient (voir point 4 : Comportements et attitudes de mes dentistes).

Si la mésaventure vous est arrivée, vous pouvez témoigner, même une page.

Je peux rajouter votre témoignage aux autres qui sont classés dans les ARTICLES sur une autre site

http://admdd.over-blog.com/

Derrière chaque témoignage il y a une personne qui souffre ou a souffert à cause de travaux dentaires.

Ce site est visité par 10 à 15 visiteurs uniques par jour.

2/ MA QUETE VERS UN BON DENTISTE – DU DENTISTE DEUX AUX CINQ

2/ MA QUETE VERS UN BON DENTISTE – DU DENTISTE DEUX AUX CINQ

(voir la mise à jour page 20 / Nouvelle méthode de quête d’un bon dentiste)

Analyses :

4 années passent depuis la pose de la couronne (dent 27) par le dentiste UN.

Durant ces 4 ans, j’ai souffert jour et nuit à cause de cette prothèse (dent 27) mal réglée.

J’ai souffert pour manger, pour dormir (car on ne peut pas fermer la bouche).

J’ai souffert psychologiquement, car à chaque RV, le dentiste ne comprenait pas  que ma douleur était permanente. Ou il n’a pas  voulu comprendre car je remettais implicitement en cause son travail.

J’étais anéanti car j’étais dépendant de ce dentiste pour être soigné.

Je ne pouvais pas me soigner moi-même.

Face à mon désespoir et mon angoisse, un ami me suggère de changer de dentiste…

Je suis allé voir donc un deuxième dentiste DEUX conseillé par mon médecin traitant.

Il m’a limé une fois et fait payer une consultation.

J’étais mieux, je suis donc retourné le voir.

Là il m’a fait payer 40 € non remboursé, car l’ajustage des prothèses n’est pas une prestation sécu…C’est encaissé dans le prix des prothèses !

Comme il y avait amélioration et que je ne voulais pas encore payer 40€, je suis allé à la visite médicale de la CPAM (le bilan gratuit tous les 5 ans) et j’ai demandé à voir le dentiste.

Le dentiste de la CPAM a fait un diagnostic formel « Vous avez une surocclusion sur cette môlaire, elle commence à bouger, il faut absolument la faire régler sinon vous aller la perdre »

J’AI ETE RASSURE CAR DURANT CES 5 ANNEES, CETTE SENSATION QUE CETTE PROTHESE ETAIT TROP HAUTE ETAIT BIEN UNE REALITE. Il Y AVAIT UN DEFAUT QUI POUVAIT ETRE CORRIGE.

J’ai trouvé un troisième dentiste TROIS conseillé par un patron prothésiste dentaire.

Il m’a meulé cette prothèse 5 fois en 5 mois.

Il me faisait payer une consultation ou c’était gratuit d’autres fois. Sympa !

Mais je n’en voyais pas le bout et ma dent bougeait beaucoup plus.

La dernière fois il m’a meulé une dent saine ! J’ai trouvé qu’il devenait dangereux et nuisible pour moi !

Une amie dentiste m’indique la meilleure étudiante de sa promo à Lyon.

C’est donc le quatrième dentiste QUATRE au bout de 5 ans et après 11 meulages sur la CCM dent 27.

Diagnostic : la dent bouge, la ‘saleté’ s’est glissée sous la couronne, il y a infection.

Elle fait ‘sauter’ la couronne, et refait un traitement des racines.

Elle trouve une mèche brisée dedans, mais, dit-elle, cela arrive.

Il y a infection : antibiotique 8 jours, puis re-antibiotique durant 8 jours, mais la racine étant trop attaquée par les bactéries, il faut extraire ce qu’il en reste.

Le jour venu, il n’y avait presque plus de racine.

Mon ostéopathe m’indique un…‘bon dentiste’…mon cinquième : CINQ.

J’ai donc une prothèse (dent 27) en moins, vous l’aviez compris.

Du coup l’occlusion se fait avec la prothèse voisine en haut à gauche (dent 26), et là, même problème, je suis gêné, elle est trop haute, mal centrée par rapport à la double prothèse en bas.

Le cauchemar recommence.

Si je ferme la bouche, je suis gêné, par la prothèse qui est trop haute, si je force un peu sur la fermeture de la bouche je la sens se tordre (partir en vrille) sous la pression maxillaire.

Je demande à ce cinquième dentiste une consultation visite annuelle et un limage de cette prothèse (dent 26). C’est mieux, mais pas suffisant, je retourne 2 mois après demander un détartrage et un limage en même temps.

Ce n’est pas parfait, mais je peux à nouveau remanger à gauche depuis 6 ans.

DENT 47 : COURONNEE PAR LE DENTISTE CINQ

Avec ce cinquième dentiste dont je suis assez satisfait, et comme je peux manger à gauche, je lui dévoile que j’ai mal en bas à droite sous un pansement de la 2éme molaire (dent 47). Comme il ne reste plus assez de vraie dent, c’est une couronne CCM qu’il va me poser sur un inlay.

Je profite des rendez-vous pris pour réaliser cette prothèse en bas à droite (dent 47) pour continuer à me faire limer la prothèse en haut à gauche (dent 26).

Finalement au bout de 6 meulages la prothèse (dent 26) du dentiste UN est presque parfaite.

Je ne ressens pas de douleur à la mastication. Mes dents glissent correctement.

En fait, elle est limée plate comme une dent de vache, à peine trop haute et à peine décentrée par rapport à la 36, mais ça va, elle ne me fait pas souffrir.

C’est la première couronne (dent 47) que me pose ce dentiste CINQ, le 1er dentiste UN me posait toujours une couronne provisoire car disait-il la dent d’en face risque de descendre. Mais ce cinquième dentiste CINQ ne me pose pas de provisoire, le jour où il me pose la couronne céramo-métallique, je suis un peu gêné par la hauteur, il me lime la céramique jusqu’à faire apparaître le métal de la couronne sur 1,5 mm2 (aucune remarque de sa part, il fait comme si c’était normal…moi je n’ose pas râler car il est le premier que je rencontre qui a l’air de savoir meuler les couronnes). Mais je me dis que quand même il n’a pas réussi cette couronne (dent 47) si dès le premier meulage de la céramique on voit apparaître le métal.

Les 2 mois suivants, j’ai continué à avoir un peu mal sur cette dent, mais je me dis que c’est sans doute la dent opposée qui est descendue, je patiente et j’espère que la dentition va se faire (il me dit la même chose que ce que me disait le dentiste UN, les dents s’adaptent etc… vous connaissez la chanson).

J’en ai marre de toujours me plaindre et de râler, alors je laisse courir, je mange à gauche en attendant, je m’endors la bouche ouverte.

Lors d’une visite annuelle, puis lors d’un RV de détartrage, j’en profite pour faire un peu meuler la couronne en dent 47 qui me gêne.

DENT 46 : COURONNEE PAR LE DENTISTE CINQ

Mais au bout de 2 ans, j’ai une rage de dent sous le plombage de la dent 46 (donc voisine de la 47) qui n’est pas soignable, donc ce cinquième dentiste CINQ me pose une couronne en dent 46.

Tout heureux de cette nouvelle couronne posée en dent 46 et avec ma couronne en dent 47 (posée il y a 2 ans), je me croyais prêt à manger de la viande à droite. Ce que je fais malgré la douleur ressentie, légère au début, je croyais qu’elle allait disparaître mais bien au contraire, elle est allée croissante et là au bout de 10 jours de mastication à droite, je ne pouvais plus manger, mais surtout je ne pouvais plus fermer la bouche (de jour comme de nuit). Cauchemar, angoisse, je repense aux 5 années précédentes de calvaire à cause du dentiste UN incompétent et qui n’a pas assumé son mauvais travail.

DENT 47 ET DENT 46 : QUE S’EST-IL PASSE ?

En fait c’était la dent 46 qui faisait la principale occlusion à droite, « protégeant » ainsi la prothèse en dent 47 qui était en légère sous-occlusion.

Mais le dentiste en posant une CCM (dent 46) légèrement en sous-occlusion à fait revenir la prothèse (dent 47) en surocclusion.

Et c’est reparti pour un tour, cette molaire en dent 47, me fait très mal quand je serre les dents.

Il faut que je me fasse meuler cette prothèse.

J’en suis à la 5ème fois en moins d’un an (et ce n’est pas encore fini) à me faire meuler cette prothèse en dent 47.

Avant de vous conter ces 5 fois, voici comment j’ai pratiqué entre chaque meulage.

ENTRE CHAQUE MEULAGE, J’AI DECIDE DE RESPECTER 4 ETAPES

1ère étape : J’ai confiance dans la prothèse et le soin apporté. J’utilise ma dent pour manger pour vérifier que tout est OK, mais plus j’utilise ma dent, plus j’ai mal : C’est une douleur forte, intense qui s’installe et reste plus de 10 jours après l’arrêt des sollicitations mécaniques.

2ème étape : PHASE INTERMEDIAIRE DE REPOS. Il faut soulager la pression sur la dent couronnée en cause pour faire disparaître la douleur latente.

Pourquoi cette phase de repos ? Pour ne pas se tromper. Pour ne pas se tromper de dents, pour ne pas se tromper sur le diagnostic : la douleur est-elle provoquées par la mécanique des dents couronnées mal usinées ou par une infection (sait-on jamais) ? Dans ce dernier cas, la douleur augmentera même si vous restez la bouche ouverte sans manger pendant 7 jours, si c’est un problème d’occlusion elle disparaîtra au bout de 10 à 15 jours d’absence de sollicitation mécanique.

– l’expérience vécue avec la prothèse (dent 27) m’a montré que la douleur pourtant provoquée par une seule dent s’étendait dans une zone plus large, et a pu laisser imaginer à tort au dentiste UN, que c’était les dents voisines qui étaient la source de la douleur. La douleur d’une seule dent peut donc se généraliser sur une zone de plusieurs dents. Donc il faut attendre pour ne plus avoir de douleurs

Comment vérifier que la douleur provient d’une dent ou d’une autre ? : En appuyant dessus avec votre doigt.

Une seule solution pour arrêter les sollicitations mécaniques sur une occlusion déséquilibrée et douloureuses : manger de l’autre côté.

Donc un conseil, se faire faire les travaux dentaires un seul côté à la fois.

3ème étape : Observation de l’occlusion, j’essaie de me rendre compte comment la douleur est provoquée, par tâtonnement, expérimentation, observation, avec application et questionnement.

Par exemple j’ai remarqué que l’occlusion que me corrige le dentiste en m’allongeant dans son fauteuil – donc la mâchoire inférieure se positionne en arrière dans la tête – est complètement différente que l’occlusion que j’ai quand je mange assis à ma table avec la tête en avant, où ma mâchoire inférieure sort de ma tête, penche en avant.

Je développe cette observation de l’occlusion plus loin.

4ème étape : Expliquer au dentiste ce qui ne va pas, pour qu’il meule juste ce qui est nécessaire. La facilité pour lui serait de mettre en sous occlusion, ce qui est préjudiciable à l’équilibre futur de votre ensemble masticatoire

5ème étape : Retour à la 1ère étape

MEULAGES CCM DENT 47 : 5 FOIS ET C’EST ENCORE INSUFFISANT

Donc les 5 fois où je suis retourné demander un meulage de cette CCM (dent 47) j’ai respecté ces 4 étapes…des mois perdus d’attente, à me pourrir la vie !!!

la 1ère fois : à la pose de la couronne, je sens tout de suite une gêne, un point est trop haut et me garde la bouche ouverte = 1er  meulage. Résultat : je peux fermer la bouche avec une douleur qui restera présente.

la 2ème fois : j’ai identifié une gêne et je sens une douleur, il y a un blocage du glissement latéral de cette dent en contact avec son opposé = 2ème meulage. Résultat : je peux faire glisser les dents latéralement, c’est toujours douloureux.

la 3ème fois : des douleurs fortes intenses sont provoquées quand je fermais fort la bouche sans mastiquer, sans nourriture, car la dent 47 s’inclinait vers l’extérieur et torturait ma racine = 3ème meulage.

Résultat : je peux fermer la bouche fort sans souffrir, si je reste bien dans un certain axe.

la 4ème fois : alors que je mastiquais fortement à gauche de la nourriture peu épaisse comme de la salade, et bien les douleurs se produisent à droite sur cette couronne 47, alors qu’il n’y avait pas de nourriture entre la 47 et la 17. Simplement les dents sont trop serrées au niveau des reliefs inclinés qui vont vers le creux de la dent = 4ème meulage. Résultat : je peux manger de la salade à gauche sans avoir mal à droite si je ne mastique pas à fond. C’est la 1ère fois depuis 8 mois que j’arrive à faire disparaître la douleur à droite en continuant de manger à gauche. Je vais donc essayer de manger à droite prochainement.

5ème fois : Je décide de manger de la salade et de la mastiquer à droite. Dès la fin du repas j’avais à nouveau mal à droite = 5ème meulage. Résultat : je ne sais pas, j’ai peur de remanger à droite pour l’instant (février 2010).

Pour l’instant j’en suis là et j’ai encore mal !

Ma couronne est déjà bien meulée (on voit apparaître le métal sur presque 2 mm2) et je redoute l’instant où il va falloir que je lui dise « je viens faire meuler la couronne et surtout pas ma dent saine qui lui fait face ». Il va faire l’offusqué « moi meuler des dents saines ! » car c’est l’un des meilleurs implantologues de Lyon ! (bonne renommée)

La dernière fois il a meulé m’a-t-il dit, le plombage de la dent saine en face, donc pas la dent !!!

Vous pensez comme moi, vous m’avez compris à demi-mot je pense.

pour lire la suite remonter en haut à droite de cette page et cliquer sur page 3

ATTENTION : après cette expérience de recherche d’un bon dentiste de DEUX à CINQ, j’ai changé de méthode pour trouvé un bon de dentiste, voir page Dentiste SIX à DIX, c’est à dire en moins d’un mois je vais consulter plusieurs dentistes juste pour avis, et sans aucun soins

VOIR LE RESUME

page 20 / Nouvelle méthode de quête d’un bon dentiste

3/ OBSERVATION SUR L’OCCLUSION

3/ OBSERVATION SUR L’OCCLUSION

COMPRENDRE – ETUDE DES FORCES

J’ai cherché des moyens pour mieux comprendre et visualiser les forces mécaniques des dents.

J’ai appris à l’école en physique, l’étude des forces, donc j’ai bien saisi que les douleurs que je ressentais dans les racines et l’os provenaient des pressions exercées sur les parties externes de la dent.

Pour savoir quelle est la dent douloureuse, vous appuyez dessus avec le doigt. Mais j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de façons d’exercer une pression sur une dent, même avec un doigt : en appuyant dessus au centre, en appuyant sur les bords (cercle extérieur), en poussant latéralement de l’intérieur vers l’extérieur et inversement etc… en tirant (quand le dentiste veut arracher la dent).

Au début on se regarde bouche ouverte devant le miroir, puis on fait appel aux sensations que l’on éprouve lorsque l’on ferme la bouche doucement : je sens ces 2 dents qui se touchent, puis ces 2 là etc… Puis aïe aïe aïe, ça fait vraiment mal, si je continue de serrer, vraiment il me pourrit la vie ce dentiste avec cette prothèse mal foutue, y a en marre, en plus j’ai payé pour qu’il me torture légalement, il va falloir que je lui dise parce que j’ai trop mal.

Je cherchais un moyen de vérifier les sensations que j’avais quand je fermais la bouche. Notamment la sensation que ma dent s’incline lorsque je ferme la bouche.

Je vais chez un ami prothésiste lui demander du papier bleu. Je ferme ma bouche avec le papier bleu entre les prothèses en dent 47 et dent 46, je vois avec l’aide d’un miroir où se trouve le contact entre mes dents, puis je prends mes dents en photos, ce qui me permet ensuite de faire une analyse.

METHODE POUR TESTER LES PROTHESES POSEES

Je pars du postulat suivant : Avant, avec mes vraies dents tout allait bien, depuis la pose des prothèses, tout va mal.

Pas la peine d’avoir fait 10 ans d’études en chirurgie dentaire pour trouver la cause de la douleur : les soins prothétiques.

Je ne suis donc pas le responsable de ce résultat : le dentiste est coupable, je suis victime. C’est à lui de réparer, sans aggraver.

Pouvoir utiliser ses dents, vraies ou fausses, c’est pouvoir mastiquer à droite et à gauche sans aucune douleur.

Pour schématiser, j’ai repéré 5 positions des mâchoires :

1/ bouche ouverte : pas de contact dentaire.

2/ bouche fermée au repos, les muscles de la mâchoire sont détendus : cette position de repos nécessite un ESPACE LIBRE de 1.5 mm ou 2 mm selon les écoles entre les 2 maxillaires.

3/ bouche fermée, dents qui se touchent à peine : dans cette position les dents de temps en temps se posent les unes contre les autres, elles s’effleurent à peine, elles se claquent légèrement les une contre les autres, elles se promènent par petits sauts comme si elles s’auto-vérifiaient leurs présences, et que tout allait bien.

4/ Dents un peu serrées : cette position permet de sentir quelles sont les dents qui sont en contact et celles qui ne le sont pas. Nota : il n’y a pas de normalité.

5/ Dents fortement serrées : cette position ne doit pas faire souffrir car on l’utilise lorsqu’on mastique.

Je vérifie donc les seuils suivants :

1/ Pouvoir fermer la bouche sans avoir mal

2/ Pouvoir claquer des dents sans avoir mal

Dans le froid de l’hiver je me suis mis à claquer des dents, la vitesse est telle que vous pouvez en très peu de temps tester un grand nombre d’impact des dents les une contre les autres, et remarquer les occlusions douloureuses.

3/ Pouvoir faire glisser ses dents sans avoir mal les unes contre les autres latéralement, et aussi d’avant en arrière.

4/ Pouvoir mastiquer des pommes de terre à droite, puis à gauche sans avoir mal

A partir de ce seuil je peux m’endormir et passer une nuit sans être réveillé par la douleur

5/ Pouvoir manger de la viande dure sans avoir mal.

6/ Pouvoir croquer des noix, amandes ou noisettes (sans la coque évidemment) sans avoir mal.

1 – RETOUCHE DES PROTHESES (REGLAGE – AJUSTEMENT – EQUILIBRATION)

Vous avez remarqué que pour faire une prothèse, il y a des étapes : moulage, essayage, pose, et retouches (réglages)

Sur 2 dentistes qui m’ont posé des couronnes prothèses céramo métalliques (au total 5) pour les molaires que ce soit sur mâchoires supérieures ou inférieures, les 5 ont nécessité des réglages (meulages).

Mon message :

Si vous avez une douleur ou êtes gêné par une prothèse il faut insister pour se faire ajuster les prothèses posées.

Il ne faut pas se sentir coupable d’être obliger de réclamer un meulage, on n’est pas responsable du mauvais résultat du travail du praticien.

Chose importante à ne pas oublier :

Il faut que les dents en face à face se touchent quand vous serrez les dents, sinon il y a sous-occlusion. Et plus il y a de dents (ou de points de contact équilibrés) qui se touchent pour former l’occlusion mieux c’est, car la force est répartie.

Je pense qu’un dentiste respectueux du patient va trouver les meilleurs points de contacts de cette dent avec son opposée afin d’équilibrer la pression et supprimer ainsi la douleur, on aura ainsi une bonne occlusion. Il ne faut pas que la prothèse dévie votre mâchoire car sinon SADAM en vue.

2 – ET CHEZ LE DENTISTE, L’OCCLUSION COMMENT CA SE PASSE

Lorsqu’on me corrige l’occlusion chez le dentiste, je suis allongé dans le fauteuil, il meule, me demande si c’est bon, je dis « oui » puis je m’assois sur le fauteuil du dentiste et je dis « non ce n’est pas bon, une fois assis, ma mâchoire n’est pas positionnée pareille que quand je suis allongé et je sens une gêne qui n’existait pas quand j’étais allongé »

En effet lorsque que je penche la tête en avant, ma mâchoire inférieure avance par rapport à la mâchoire supérieure et donc l’occlusion est différente.

Et bien, à ma demande le dentiste à vérifier et régler mon occlusion pour cette position fréquente dans la vie quotidienne, notamment quand on mange à table, on est assis, la tête légèrement penchée en avant.

3 – IL N’Y A PAS UNE SEULE  POSITION DES MACHOIRES QUAND ON SERRE LES DENTS, MAIS PLUSIEURS POSITIONS.

Pour reprendre l’exemple de ma CCM sur la DENT 47, à chaque posture de mon corps, si je serre les dents, une position des mâchoires correspond.

Exemple : debout

tête penchée au maximum en avant, serrez les dents = une position des mâchoires et donc un certain contact des dents en face à face.

puis tête droite regard au loin, serrez les dents = une autre position des mâchoires et donc un autre contact des dents en face à face.

puis tête penchée au maximum en arrière, serrez les dents = une autre position des …

puis tête tournée au maximum à droite, serrez les dents = une autre position des …

puis tête tournée au maximum à gauche, serrez les dents = une autre position des …

Etc…

Et pour mastiquer vous rajoutez aux précédentes positions le facteur glissement des dents et forces musculaires et vous obtenez certainement d’autres positions qui peuvent vous faire souffrir.

Chacun doit être à l’aise dans les 3 plans de l’espace : latéral (glissement avant/arrière), horizontal (glissement gauche/droite), vertical (ouverture/fermeture pour bailler par ex.) ce qui permet d’accomplir tous les gestes naturels, manger, dormir, soulever des objets, faire du sport etc…

Je ne comprends pas pourquoi on n’arrive pas à me mettre des prothèses dentaires aussi bien que mes vraies dents, qui ont la même forme, même hauteur, même largeur (on m’a mis une prothèse plutôt carrée alors que ma vraie dent était plutôt ronde)

Résultat je ne peux plus passer ma langue le long de ma gencive externe, car le chemin à parcourir est devenu plus long. On aurait pu me le dire, mais le patient ne choisit pas, on lui impose. Vous avez aussi remarquez que lorsque qu’on vous met une prothèse, souvent elle touche au moins une des dents voisines. C’est très désagréable cette pression que l’on ressent. Parce que cette pression on la ressent toute la journée, toute la nuit un peu comme si vous pinciez votre doigt avec une pince à linge, juste une très petite douleur qu’il faut accepter parce que le dentiste ça l’arrange. Je rouspète, on me répond que c’est mieux ainsi, car les aliments ne pourront pas passer et que ça donne plus de résistance à la prothèse car ainsi elle ne peut plus bouger. Mais alors pourquoi donc mes vraies dents ont-elles été conçues avec un espace interdentaire, la nature aurait-elle fait une erreur, que le dentiste viendrait corriger pour mon bien !!!. Non je ne crois pas. (nota : le fil dentaire doit passer dans l’espace interdentair, entre les dents).

Le dentiste choisit sa sécurité en sacrifiant mon confort en bouche.

Donc on m’impose cette solution de prothèse qui touche la dent voisine, laquelle dent est donc poussée et donc de cette manière elle change son occlusion.

Pour ma part, je dors très mal et je me réveille fatigué (fév. 2010) en ce moment à cause de ma CCM en dent 47, j’ai remarqué que :

– lorsque je dors à plat ventre, la tête posée sur ma joue droite, j’ai une douleur d’occlusion sur le bord externe de la 47

– la tête posée sur ma joue gauche, aucune douleur,

– lorsque je dors sur le dos, si j’incline la tête à droite, aucune douleur,

– si j’incline la tête à gauche, douleur d’occlusion sur le bord externe centre de la 47,

Et à la déglutition on « occlut » aussi. Si on a mal, alors chaque fois qu’on avale sa salive c’est le calvaire.

4 – POURQUOI L’OCCLUSION DES PROTHESES N’EST-ELLE PAS CORRECTE DES LA MISE EN BOUCHE ?

Eh bien, je ne comprends pas.

Peut-être le travail des prothésistes est-il mal fait ? C’est à lui de vérifier l’occlusion sur les moulages.

Mais bon avec des moulages faits sur seulement 6 dents (3 en haut et 3 en bas) on ne peut sûrement pas faire mieux.

Et pourquoi on ne moule pas la vraie dent cariée avant de la détruire ? Elle a fonctionné durant 45 ans en donnant une bonne occlusion.

Donc résultat, je suis obligé de retourner jusqu’à plus de dix fois pour faire rectifier une prothèse en malocclusion. Pour l’instant j’ai la chance que mon dentiste CINQ l’accepte, mais je ne suis pas encore en bonne occlusion de ses dernières prothèses en 2 ans, et j’en pâtis. (Voir plus loin 5/ QUELLES SONT MES SOUFFRANCES)

pour lire la suite remonter en haut à droite de cette page et cliquer sur page 4

4/ COMPORTEMENTS ET ATTITUDES DE MES DENTISTES (UN et CINQ)

4/ COMPORTEMENTS ET ATTITUDES DE MES DENTISTES (UN et CINQ)

Le scénario est sensiblement le même.

J’ouvre la bouche pour faire soigner une carie, « ah ce n’est pas possible de mettre un amalgame, les nerfs sont trop près ou il reste trop peu de dents »

Je dis « ah bon! ». « Oui faut couronner ». « Bon » et hop c’est parti.

Je fais confiance sans poser de questions (car évidemment je ne peux plus poser de questions avec la fraise dans la bouche) et eux ne donnent pas plus d’explications.

Ensuite j’ai le choix entre métal ou céramique, je demande une céramique, c’est  en fait une céramo-métallique.

Puis il y a parfois un essayage, et parfois non.

On me demande si quelque chose me gêne, je dis « oui ». Un coup de meule. « Bon voilà c’est terminé, t’as une belle dent neuve » Je dis « merci » je paye 950 € (2009) et je pars.

Puis, je reviens tous les 2 mois pour une retouche

Et là au fil des mois l’accueil est moins chaleureux :

– ton sarcastique « alors encore une petite retouche »

– ton semi-sympa « non vous ne me devez rien, c’est rien du tout »

– ton interrogatif «  alors aujourd’hui c’est pour quoi »

Puis après sur le fauteuil c’est

– « c’est la première fois que je vois ça, vous avez une occlusion très serré » et on se culpabilise « ah c’est de ma faute si ce n’est pas bon, je suis trop mal foutu pour être bien soigné »

– « Vos dents ont bougé, c’est pour cela qu’il faut refaire l’occlusion, vous savez les dents bougent toujours » et on se culpabilise « on aura beau meuler, le problème vient d’ailleurs, de mes dents qui bougent, il vaut mieux arrêter et rester avec des prothèses pas meulées et qui font mal »

– « Vos douleurs c’est du au bruxisme que vous faites » et on culpabilise  « C’est donc pas à cause de la prothèse, que j’ai mal, mais à cause des grincements de dents que je fais la nuit. c’est nouveau ça, je ne savais pas que je grinçais des dents »

– « Vous êtes sûr que vous avez mal, ce ne serait pas psychosomatique, à force de vous concentrer sur vos dents, vous ne seriez pas entrain de créer le problème vous-même » et on se culpabilise « c’est vrai je suis allé chez le médecin tellement je suis à bout, douleurs, fatigue, manque de sommeil, énervement, que le médecin m’a donné pour la première fois du Lexomil pour soigner une dépression nerveuse. Peut-être que je deviens fou ?»

– Après il veut en finir, et plus il intervient, plus c’est pire (cas dentiste UN qui me couronne d’autres dents et me met à la porte).

– Ensuite on l’agace de plus en plus, on devient un client-patient chiant. J’ai été commerçant, et j’ai horreur des clients chiants, et naturellement je faisais tout pour ne pas les revoir (en général je leur donnais l’adresse d’un concurrent).

Ma kiné m’a dit que certains portent une gouttière pour lutter contre le bruxisme. Mais moi avant la pose de couronnes je n’avais pas de problèmes de douleur, ni le jour, ni la nuit, ni en bougeant les dents. Si par hasard je bruxis (ou bruxe) la nuit, c’est peut-être parce que je cherche une position confortable pour mes dents, confort que je n’ai plus à cause des prothèses mal posées.

Peut-être que je fais du bruxisme sur les dents de devant. Mais c’est bien parce que j’ai mal aux prothèses des molaires, que je n’ai pas trouvé d’autres solutions pour fermer la bouche sans que les molaires se touchent, que d’avancer la mâchoire inférieure et de faire toucher les incisives du bas sur celle du haut et donc peut-être elles se frottent. La cause de ce supposé bruxisme est donc bien les prothèses douloureuses sur les molaires. En fait, je viens de bien regarder, et bien oui mes dents de devant en bas sont usées, mais elles ont une usure qui correspond exactement au déplacement latéral de ma mâchoire inférieure par rapport à la mâchoire supérieure.

Et peut-être qu’à force de meuler les molaires ou de les mettre en sous occlusion, les dents de devant deviennent trop hautes et que je sens le besoin de les user ?

Et puis il y a le cas où vous attendez trop pour vous plaindre, pour tirer le signal d’alarme, et le jour où votre dent tombe, le dentiste va vous dire « Vous auriez du me le dire que vous aviez aussi mal, et qu’elle bougeait autant »

Mais rappelez-vous avant les prothèses, les soins, tout allait bien côté occlusion dans votre bouche.

COMMENT JE PARLE A MON DENTISTE POUR QU’IL M’ECOUTE

Je ne m’allonge pas sur le fauteuil lorsqu’il me demande de m’installer, je reste debout ou bien je m’assois sur le fauteuil, mais avec les jambes et pieds ballants dans le vide, et j’attends qu’il revienne car en général il est parti loin du fauteuil, et dans le meilleur des cas, il est entrain d’aller chercher des outils stérilisés. Alors à son retour, je le regarde droit dans les yeux et je lui dis tout ce que j’ai à dire, notamment que je souffre et que je ne fais pas un caprice. Une fois qu’il a bien compris, je m’allonge sur le fauteuil.

Eventuellement, vous pouvez lui écrire un mot la veille de votre RV en insistant sur votre souffrance.

COMMENT MON DENTISTE CINQ COMMUNIQUE AVEC MOI

Un jour j’ai un RV pour contrôler que l’emplacement de la dent extraite est bien cicatrisé, comme il est implantologue, je lui dis «  avant de poursuivre les travaux dans ma bouche, j’aimerai que mon occlusion de CCM dent 47 soit résolue »

Il me fraise un peu la CCM et je lui demande un devis pour un implant. Il me dit « OK, vous allez le récupérer vers la secrétaire ».

Je vais au secrétariat-accueil, je récupère le devis, c’est marqué : céramique non précie. Je demande « pourquoi c’est marqué céramique non précisée »

Ah non! me dit-elle, il faut lire « céramique non précieux »

C’est un devis comme faisait autrefois les peintres en bâtiment : peinture sur les murs de la cuisine : 1000 €. Le peintre ne disait rien ni sur la qualité de la peinture, ni sur le nombre de couches, ni s’il y avait un lessivage et un rebouchage des trous au préalable.

Et bien le devis pour un implant c’est pareil en 4 lignes : implant unitaire 950€, frais bloc opératoir 250, FM droit 350, céramique non précie 725 €.

Il n’est même pas noté le matériau de l’implant, c’est lamentable.

Quand on paye 1000 à 2200 euros de sa poche pour une prothèse, on est en droit d’être aussi bien informé que quand on achète un scooter, le vendeur de scooter va consacrer plus d’un quart d’heure pour donner des explications et puis vous aurez une garantie de bon fonctionnement et d’usage de l’objet acheté.

Un ami m’a soufflé l’idée de payer la prothèse non pas au moment de la pose, mais après tous les réglages, quand on est 100% satisfait, en fin de travaux.

pour lire la suite remonter en haut à droite de cette page et cliquer sur page 5

5/ QUELLES SONT MES SOUFFRANCES ?

Des douleurs physiques qui entraînent des douleurs psychologiques, ainsi que de véritables traumatismes.

Une mauvaise occlusion est un véritable handicap.

Voici l’enchaînement des douleurs provoquées par la mise en bouche d’une prothèse mal posée.

On a mal quand on ferme la bouche, ça nous gêne, ça nous gratte comme une écharde de verre plantée et cassée dans le doigt, alors on insiste pour s’en débarrasser, on ferme les dents plus fort pour l’enfoncer, pour la déplacer au bon endroit, mais rien n’y fait, toute la journée, au travail, au supermarché, dans le transport, devant les gens on ferme la bouche pour essayer d’améliorer ce qui nous gêne, cette prothèse mal posée, puis on mange dessus et ça fait mal, on commence par pester contre ce dentiste qui au lieu de nous soulager, nous traumatise, nous torture, on souffle, on ressouffle, ça énerve vraiment, il va falloir reprendre rendez-vous pour voir ce qui va pas, vous prenez un antidouleur car vous avez trop mal, vous vous couchez, la douleur est toujours là et vous ne pouvez toujours rien faire, comme l’écharde de verre plantée et cassée dans le doigt, la prothèse mal posée, vous ne pouvez l’enlever, après vous être énervé, vous essayez de vous calmer, la solution c’est le prochain rendez-vous chez le dentiste, on va essayer de bien dormir, et bien non, la douleur est plus forte la nuit, on arrive parfois à s’endormir, puis il y a un claquement de dents réflexe ou bien simplement la déglutition qui vous fait fermer les dents et la douleur vous réveille. Plusieurs jours passent de la même façon et puis le RV arrive, on vous meule la prothèse, content, mais le problème n’est pas résolu. Et là les semaines de mauvaises nuits, de mauvaises journées s’accumulent, vous allez voir le dentiste plusieurs fois, 10 fois même, comme je l’ai expliqué, et vous vous demandez si un jour vous allez être débarrassé de cette douleur et avoir une prothèse non douloureuse et opérationnelle. Au bout de plusieurs mois, ça commence à taper sur le système, la douleur psychologique s’ajoute à la douleur physique : le dentiste insinue que je suis le responsable du mauvais résultat et de ma douleur (je n’ai jamais vu ça, mais vous êtes sûr que c’est pas dans votre tête cette douleur, puis il vous meule vos vrais dents, car il préfère sauvegarder son travail prothétique (sinon il devrait reconnaître son mauvais travail), puis il fait la victime – heureusement que tous mes patients sont pas comme vous, aussi difficile, sous-entendu sinon je ferais faillite.

Ensuite on commence à douter de son dentiste, en deux ans la prothèse n’est toujours pas ok. La nuit on se réveille avec des sueurs froides, est-ce que je vais vivre jusqu’à la fin de mes jours avec cette douleur ? Le désespoir me ronge, je me retiens d’aller lui dire qu’il est nul, archinul, je retiens mon agressivité et je sens des raideurs s’installer dans mes muscles de la nuque, du dos, de la plante des pieds, tout devient douloureux, je perds confiance en moi, je suis fatigué la journée, puisque je dors mal, je suis irritable, j’ai des vertiges, j’en ai marre, à quoi ça sert de vivre pour souffrir autant, je ne peux pas profiter de la vie à cause de cette prothèse douloureuse. Bien sûr je pourrais me la faire arracher, je serais débarrassé, mais j’ai soigné mes dents durant 50 ans et ce n’est pas la solution, de ne plus avoir de dents. En fait, il faudrait qu’il m’enlève cette prothèse pour en refaire une autre, mais je n’ose pas lui dire, normalement s’il était honnête il devrait me le proposer ou bien il attend que j’en parle pour me refaire payer 950 € ou bien il attend que ma dent tombe à force de bouger ou bien que je perde patience et lui dise de l’arracher pour qu’il me mette un implant à 2300 €. Mais un implant, je n’en veux pas depuis que j’ai lu qu’avec un implant on n’a plus l’amortisseur de la desmodonte, ou ligament alvéolo-dentaire, alors j’imagine que le confort est moindre qu’avec une vraie racine.

Malheureusement on ne change pas de prothèse comme on change de chaussure.

Sauf si la prothèse était à 150€, j’irai tout de suite chez un autre dentiste pour remplacer cette prothèse défectueuse. Mais c’est horrible ce que je dis, serais-ce une question d’argent qui me fait rester avec ce dentiste maltraitant ? En partie oui, et en partie parce que je crois toujours qu’il va réussir le réglage de la prothèse à 950€.

On croit payer pour du sur-mesure (à cause du moulage), mais on nous coiffe les dents avec du prêt-à-porter, qu’il faut reprendre de nombreuses fois parfois sans bon résultat.

Je vis donc un VRAI CALVAIRE même si je ne le montre pas : Angoisse jour et nuit, sueurs froides, anxiété du conflit avec le dentiste lors du prochain RV, j’ai peur de ne pas être soigné (si je pouvais le faire moi-même je le ferais, tellement je n’ai plus confiance en lui)

Je n’ai pas envie de me coucher, j’ai peur d’avoir mal et de mal dormir, et je me couche tard épuisé, l’acte de manger devient angoissant, je n’ai pas envie de passer à table pour manger car c’est douloureux, je ne mange plus de viande, de chocolat, j’ai envie de ne rien faire car je pense que si je ne bouge pas, tout va rentrer dans l’ordre, comme la plaie qui se referme au bout de quelques jours, l’os qui se ressoude au bout de quelques semaines, j’espère en mon fort intérieur que les prothèses vont s’ajuster toutes seules. Et bien non, je suis dépendant de celui qui me les a posées. Au fil du temps on n’a plus envie de vivre tellement on souffre. J’ai appris que mon premier dentiste UN avait eu 7 tentatives de suicide parmi ses patients ces 2 dernières années (je ne commenterai pas ce fait). On m’a rapporté que des personnes qui avait aussi été maltraité par des dentistes avaient aussi fait des tentatives de suicide. On sait que généralement  les gens qui font une tentative de suicide ont plusieurs raisons de le faire. Mais la raison décisive est peut-être cette maltraitance dentaire, la raison de trop?

Peut-être qu’il y a plus de tentatives de suicide provoquées par les prothèses mal réglées des dentistes que par le stress au travail de chez France Telecom  ?

 

COMMENT LES PROTHESES EN MALOCCLUSION ONT PERMIS DE FAIRE TRAVAILLER D’AUTRES PROFESSIONS MEDICALES

Vous avez compris qu’une couronne mal faite engendre des maux qu’il faut soulager.

Et pour soigner tous ces maux, je suis allé chez le médecin, le kiné, le posturologue, l’ostéopathe, l’ophtalmologue, puis le psychiatre qui m’a renvoyé chez le dentiste.

J’ai une forte baisse d’activité dans le travail, et dans ma vie quotidienne, je prends des médicaments.

Tout cela à cause d’une prothèse mal faite, que le dentiste tient à maintenir en bouche, pour quelle raison ? Vous avez votre petite idée, moi aussi.

 

COMMENT UNE PROTHESE PEUT DONNER MAL A LA NUQUE ? MON HYPOTHESE.

Je pense que quand on a mal en bouche à cause d’une prothèse, on veut absolument éviter de fermer la bouche car sinon c’est comme si on s’enfonçait une arrête de poisson dans le palais chaque fois qu’on ferme la bouche.

Comment faire pour ne pas fermer la bouche involontairement ? Simple, ne JAMAIS relâcher sa concentration et penser en permanence à garder la bouche ouverte.

Alors le combat commence entre la volonté de ne pas avoir mal et le besoin du corps de fermer la bouche pour se reposer. Et voilà vous avez compris, en l’absence de repos, les muscles du corps se raidissent, notamment nuque et dos, ils se crispent, deviennent durs et douloureux. J’ai remarqué qu’après chaque meulage, je me sentais mieux aussi du côté des muscles du dos, en effet mon cerveau me disait que la souffrance était terminée, que je pouvais me relâcher. Mais l’effet était de courte durée, car la prothèse n’était toujours pas bien réglée et me faisait toujours mal, le mal dorsal revenait.

pour lire la suite remonter en haut à droite de cette page et cliquer sur page 6

6/ QU’EST CE QUI M’A AIDE ET QUI M’AIDE ENCORE ? FAUT-IL SE TAIRE, PORTER PLAINTE ?

L’ESPOIR, C’EST CE QUI ME FAIT TENIR

En tout premier point, l’espoir de trouver un bon dentiste (par opposition au mauvais dentiste, qui est celui qui ne réussit pas à faire des soins, mais qui aggrave votre état) et donc l’espoir de trouver une solution pour le présent et pour les soins futurs.

J’en profite pour faire remarquer qu’il n’y a pas de concours équivalent en chirurgie-dentaire à celui du concours de meilleur ouvrier de France, ni d’étoiles style « Gault et Millaud ». C’est regrettable.

SAVOIR QUE JE NE SUIS PAS LE SEUL MECONTENT ET MEURTRI

Savoir que je ne suis pas l’unique cas de cette maltraitance par des chirurgiens-dentistes et de leurs poses de mauvaises prothèses dentaires m’a rassuré (je croyais que j’étais le seul à ne pas avoir de chance). Et bien non il y a d’autres dentistes que les miens qui ont fait d’autres victimes que moi.

J’avais lu un excellent site obtenu avec google et le mot clé : « lamalocclusion » et  « monic » dont j’ai repris le contenu avec autorisation de l’auteur

http://admdd.over-blog.com/article-temoignage-de-monic-de-2002-a-ce-jour-59719120.html

http://santeglobale.monic.pagesperso-orange.fr/index.htm

http://santeglobale.monic.pagesperso-orange.fr/malocclusion.htm

Après lecture de ce témoignage en 2005, le plus important pour moi a été de me rendre compte que ce que je vivais, ressentais dans ma bouche, n’était pas irréel, et que d’autres avaient vécu cela avant moi. J’ai été rassuré, c’est réconfortant (et malheureux) de savoir que le cauchemar que l’on vit, d’autres l’ont vécu, et de savoir que la source du problème, ce n’est pas nous : patients mais bien le travail des chirurgiens-dentistes.

Ce site m’a éclairé, encouragé à changer de dentiste car j’ai compris que le problème ce n’était pas moi, mais le dentiste.

Un ami m’a ouvert les yeux sur l’incompétence probable du dentiste de l’époque et qu’il était temps de changer.

Effectivement, un patient peut être torturé involontairement par un chirurgien-dentiste qui lui aurait posé une prothèse en malocclusion. (surocclusion ou autres).

Souvent, lorsque j’aborde le sujet avec des amis, il n’est pas rare que j’entende une histoire similaire à la mienne :

– Pose d’une prothèse, sur molaire ou prémolaire, en surocclusion (trop haute), ou mal centrée (la dent s’incline vers l’intérieur ou l’extérieur à la fermeture de la mâchoire à vide ou en mastication), ou qui dévie la mâchoire inférieure quand la personne serre à fond les dents

– Prothèse qui provoque une douleur (qui n’existait pas avant la pose de la prothèse)

– Craquement de la mâchoire suite à des soins prothétiques

– Dentiste qui déclare que ça va s’arranger tout seul, qu’il faut s’habituer à la couronne, puis si vous insistez, il se peut qu’il meule un peu 1 à 4 fois. Puis meule la dent saine opposée, toujours sans résultat acceptable.

– Dentiste qui déclare que vous avez de l’arthrose. Comme par hasard, la douleur causée par l’arthrose tombe justement sur la dent couronnée, au moment où elle a été couronnée !

– Dentiste qui déclare que c’est psychosomatique.

– Dentiste qui déclare que vous faite du bruxisme (regarder les siennes et vous verrez qu’elles sont comme les vôtres usées). Mais comment peut-on faire du bruxisme lorsque le seul fait de fermer les dents vous fait souffrir à cause d’une prothèse mal réglée !

– Patient qui pense que la nouvelle couronne va user la dent saine en face et qu’ainsi ça va aller mieux. Faut pas rêver !

– Patient qui généralement abandonne les soins et maudit les dentistes, qui se retrouve avec une dent qui bouge, il mange de l’autre côté, fait des bains de bouche, ça va mieux, il remange de ce côté, il a mal à nouveau, la dent rebouge, il refait des bains de bouche etc …

Et au bout de 4 à 6 ans, il est soulagé, la dent casse au niveau du pivot, le haut de la racine est suffisamment pourri, on lui extrait le reste des racines, il a un trou et il est prêt pour un bridge ou un implant. Mais va-t-il le faire après avoir souffert durant 6 ans, comment peut-il avoir confiance dans un autre dentiste ?

APRES DE PAREILLES EXPERIENCES ON N’A PLUS ENVIE D’ALLER CHEZ LE DENTISTE

Jusqu’à l’âge de 40 ans, tout allait bien, mais depuis 12 ans j’ai eu de mauvaises expériences et je n’en trouve pas un qui sache poser une prothèse fixe correctement (sauf en la mettant en sous occlusion, ce qui est très mauvais pour la dentition future).

Et oui j’hésite à aller chez le dentiste bien que j’ai besoin encore de lui pour me meuler ma ou plutôt sa prothèse. Est-ce que j’ai le choix ? Il faut bien faire quelque chose !

Je me souviens du premier RV, accueillant, le deuxième aussi puis après c’est « bonjour, j’ai mal là à droite, je pense que …» Le dentiste vous coupe la parole pour dire « installez-vous on va voir » Il regarde, fait des trucs, puis dit « c’est fini, au revoir »

Il n’y a plus d’écoute, le dentiste semble pressé, stressé, on n’a pas envie de l’importuner avec nos problèmes de dents, nos interrogations sur nos dents, sur ses soins, on s’écrase, il se prend encore plus pour un être supérieur.

Et oui il a le pouvoir de soigner, de vous soulager d’un mal comme Jésus, et même de faire repousser les dents. Mais il a aussi le pouvoir de vous faire souffrir s’il le souhaite.

Et le patient le sait aussi, alors c’est la raison pour laquelle je n’ai jamais « engueuler » le dentiste CINQ qui m’a recollé une couronne sans vérifier la racine et le pivot qui était en fait attaqué par les bactéries. Résultat : j’ai une dent en moins 2 mois après. (nota : sa spécialité c’est implantologue !).

Face à ce pouvoir, on se sent humilié, petit, enfant, servile, alors que dans une relation client-fournisseur le client est roi, là le dentiste est roi. Est-ce normal ?

J’aimerai que les dentistes exercent tous leur profession par vocation, avec la passion de faire du bien à autrui, d’être en relation avec un être humain qui a des dents, mais si le dentiste ne voit que les dents de l’être humain comme l’objet de son travail, il devient comme un garagiste, il ouvre un capot, il voit tout de suite les pièces à changer aujourd’hui et celles qu’il faudra changer plus tard, le cycle d’une dent c’est la carie (ou un morceau cassé), puis le comblement par un amalgame, puis la fissure de l’amalgame ou de la dent, la carie sous l’amalgame, puis la prothèse, la prothèse qui bouge, les bactéries sous la prothèse qu’on laisse trainer plusieurs années, la racine est attaquée, on enlève la racine, on met un bridge ou un implant, après je ne sais pas, je n’ai pas vécu.

Donc le dentiste voit le potentiel de soins dans votre bouche. Il voit si le boulot sera facile ou difficile, et si vous avez un bon job et une bonne mutuelle ça peut influencer aussi je pense, je sais peut-être que j’exagère.

J’aimerai trouver une étude qui explique pourquoi une proportion importante de gens attend le dernier moment pour aller chez le dentiste, pourquoi ils laissent pourrir leurs dents plutôt que d’aller chez le dentiste alors qu’ils vont sans crainte chez l’ophtalmologue, le pédicure, le coiffeur. En fait je sais, la plupart des travaux que font les dentistes dans votre bouche sont irréversibles. C’est une lourde responsabilité qui reste à ce jour en France essentiellement morale, vous voyez ce que je veux dire.

ON N’EST PAS CONTENT D’UN DENTISTE, QUE FAIRE? FAUT-IL SE TAIRE, PORTER PLAINTE ?

En parler, se renseigner.

Si c’est un dentiste de quartier, en parler avec vos voisins.

Ils ont peut-être le même dentiste que vous et souffrent peut-être autant que vous en silence. Si c’est le cas, vous rendrez service à d’autres en en parlant.

Trop de patients cachent la vérité à leur dentiste, ils souffrent et ne lui disent rien.

Seul un dentiste qui ferait une enquête de satisfaction auprès de ses patients pourrait évaluer réellement son travail.

Moi, je ne suis jamais arrivé à dire à un dentiste que j’étais pas content de son travail, par contre à un plâtrier-peintre régulièrement au cours du chantier, je peux lui dire ce qui est mal fait et à refaire. Pourquoi ?

Je ne sais pas qui contrôle le travail des dentistes sur le plan de la qualité des soins ?

Je pense que les organismes les plus intéressés sont ceux qui payent :  la CPAM (sécu), qui vous répondra, et votre mutuelle ou votre protection juridique (nota : la protection juridique de ma mutuelle par téléphone s’est refusée dans un premier temps à m’aider pour obtenir réparation du dentiste mutualiste, mais suite à ma demande écrite, elle accepte de m’accompagner dans le litige.)

Pour ceux qui veulent obtenir réparation sur le plan juridique ou judiciaire, quelques pistes de réflexion sur ces sites, voir l’évolution au fil des ans ! :

 Une question juridique ou sociale liée à la santé ?

Santé Info Droits est une ligne d’informations juridiques et sociales constituée de juristes et avocats qui ont vocation à répondre à toutes questions en lien avec le droit de la santé.

Elle a été créée par le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) qui réunit près de quarante associations de personnes malades, âgées, retraités, en situation de handicap, de consommateurs et d’associations familiales.

http://www.leciss.org/sante-info-droits

Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux

http://www.oniam.fr/

http://www.courdecassation.fr/publications_cour_26/rapport_annuel_36/rapport_1999_91/jurisprudence_cour_95/responsabilite_civile_assurances_5809.html

(responsabilité médicale) la MACSF est l’un des assureurs des dentistes (le sou médical)

http://www.macsf.fr/vous-informer/responsabilite-professionnel-sante/responsabilite-par-profession-sante/chirurgien-dentiste-traitement-prothetique.html

http://www.macsf.fr/formulaire-recherche.html?keywords=obligation+&profession=Dentistes&source=all

http://www.macsf.fr/vous-informer/conception-prothetique-obligation-resultat.html

Sauf à trouver une faute par exemple traitement des canaux mal réalisé, ou autre chose.

A-t-il une obligation de conseil ? voir le lien  ci-dessous.

http://books.google.fr/books?id=csZbXEycbNAC&pg=PA25&dq=dentiste+%22devoir+de+conseil%22&hl=fr&sa=X&ei=auVTUqOINYiy0QXl14GgBw&ved=0CD0Q6AEwAA – v=onepage&q=dentiste%20%22devoir%20de%20

CHERCHER UN BON DENTISTE

Le ‘Bon’ de l’un est le ‘C..’  (ou Mauvais) de l’autre….

Ce n’est pas facile, j’aurais conseillé les yeux fermés mon dentiste UN à tout le monde, pendant 20 ans il était satisfaisant, mais il était bon pour les caries, mais pas pour les prothèses. Mon médecin ne m’a pas bien conseillé, ni mon voisin prothésiste dentaire, mon amie dentiste ça allait, c’est mon ostéopathe qui m’a le mieux conseillé, je pense qu’un posturologue devrait aussi être de bons conseils.

Si vous demandez conseils à des amis, à des voisins, choisissez des personnes de plus de 50 ans, qui ont déjà eu des problèmes de dents conséquents et posez leur beaucoup de questions durant plus de 10 mn, sinon vous n’aurez que les banalités que l’on dit au début d’une conversation.

Ensuite prendre RV pour une simple consultation, avoir son avis sur votre état dentaire, et il faut avoir une vraie discussion, et commencer souvent vos phrases par «  Je ne comprends pas pourquoi  … »  Vous aurez des réponses que vous pourrez contrôler à posteriori. Et ne vous précipitez pas dans ses bras trop rapidement.

Essayez de comparer avec un autre avis de dentiste.

Demandez la durée des RV. Pour infos, mon dentiste UN et CINQ prenait un RV toutes les 15 mn, sauf s’ils faisaient des implants. (donc pas de temps à perdre, et pas de temps à réfléchir sur comment aborder le soin, on est proche des conditions de travail des urgences (on recoud vite fait pour garder la personne en vie, après on verra pour la cicatrice et le nerf coupé …), mais on n’est pas aux urgences, peut-être qu’un soin mieux adapter, mais plus long n’est pas retenu compte tenu de ces RV rapprochés, ou comme on me l’a rapporté, on saute l’étape du contrôle radio du soin du canal de la racine pour gagner 2 mn. avec ses conséquences..

Si j’étais canadien j’irais chez lui car il semble mettre l’être humain au cœur de ses soins

http://www.alainlemire.com/saviez-vous#cause

Le jour où un dentiste dira : « cette prothèse que j’ai mise ne va pas, je l’enlève et j’en remets une ». Ou celui qui me dira « si la prothèse vous fait mal, n’hésitez pas à revenir autant de fois que voulez pour l’ajuster ».

J’aurai, je crois, trouver un bon dentiste.

pour lire la suite remonter en haut à droite de cette page et cliquer sur page 7

une mutuelle à prix attractif voir http://www.mutuellerenault.fr

7/ POURQUOI JE TEMOIGNE ET POURQUOI JE VOUS INVITE A TEMOIGNER ?

Tout simplement pour élever le niveau de conscience et de connaissance de chacun : vous, moi, dentistes, ostéopathes, médecins….

Doit-on passer par des souffrances pour cela ?

Une victime doit témoigner pour que les choses ne se reproduisent plus.

Se taire, c’est être complice !

Il y a des dentistes qui maltraitent des patients-clients (patientèles) avec des prothèses mal faites, c’est une réalité.

Je ne connais pas la proportion de bons ou mauvais dentistes

La profession de chirurgien-dentiste en France est sanctionnée par un diplôme. Ainsi même les derniers admis à l’examen sont aptes à faire un bon travail et les meilleurs étudiants sont aptes à faire un excellent travail.

Alors je pense que nous sommes peu nombreux à avoir souffert de mauvais traitements infligés par des dentistes.

Vous aurez remarqué que mon témoignage repose sur des prothèses CCM posées les unes après les autres, sur plusieurs années

Souvenez-vous, comment vous étiez avant la pose de la prothèse, vous étiez content de manger de la viande, de profiter de la vie et maintenant après la pose de la prothèse, quelle est votre vie d’aujourd’hui ?

Je vous encourage à témoigner, non pas pour comparer les souffrances, une souffrance reste une souffrance, mais pour partager votre souffrance avec les autres, pour sauver vos autres dents et sauver d’autres gens du calvaire.

« CONTRE LES MALOCCLUSIONS PROVOQUEES PAR CERTAINS DENTISTES »

« POUR DIRE NON A LA MALTRAITANCE DES PATIENTS PAR CERTAINS DENTISTES, A VOUS D’ECRIRE VOTRE TEMOIGNAGE »

Vous pouvez m’écrire à : admdd1901 at yahoo.com (remplacer at par @)

 

8/ Chez l’occluso-dentiste SIX le 15 mars 2010

Chez l’occluso-dentiste SIX

Lundi 15 mars 2010

J’ai pris RV avec un occlusodentiste que m’a indiqué mon ostéopathe pour lui demander ce qu’il pense de ma douleur sur la couronne en dent 47.

 
Il y a 2 mois, je m’étais déjà présenté chez lui, sans RV, juste pour connaître le prix d’un implant. Sa femme qui fait l’accueil, m’a bien expliqué qu’elle ne pouvait pas me faire de devis sans consultation, j’ai insisté et demandé une fourchette de prix. Elle m’a expliqué qu’il ne posait que des implants tout céramique à cause des métaux néfastes, que parfois on pouvait mettre l’implant, juste derrière l’extraction, donc en 1 séance ou bien on peut étaler sur plusieurs mois à la fois pour étaler le prix et pour ne pas attendre car l’os se résorbe selon les cas entre 3 mois et 2 ans. La fourchette est de 2200 à 2500€.

Cette fois j’avais RV. A mon arrivée je remplis un questionnaire médical sur mes traumatismes physiques depuis mon enfance, mal au dos, à la nuque, migraines, foulure cheville, mon job, ma sécu, ma mutuelle, son option etc…

Puis il me reçoit au fauteuil et donc je reprécise que je viens juste pour un avis sur ma couronne en dent 47.

Un dialogue s’établit, je lui raconte mes déboires des 10 dernières années etc…

Puis il m’explique la posture, l’occlusion, les yeux, les pieds etc… (je ne vais pas tout raconter mais j’ai eu un très bon cours d’une demi-heure, le tout exact).

Il m’explique qu’il fait lui-même les couronnes céramiques, ce qui est un bon point.

Après cette première demi-heure, je me dis j’ai trouvé un dentiste qui prend le temps de m’écouter, de m’expliquer, TOUT est parfait.

Puis il me demande d’ouvrir la bouche.

Comme il avait fait une radio panoramique, il me confirme que le traitement des racines de la prothèse en dent 47 a été bien fait. Puis comme on voit le métal au milieu de la céramique, il me dit qu’elle est déjà bien meulée. Puis il observe ma dentition, il me dit « un peu de tartre là » mon dentiste m’a fait le détartrage il y a 2 mois et je ne suis pas de ceux qui fabriquent du tartre rapidement, mais bon.

Puis il m’a fait le test de taper sur les dents avec un manche métallique. Je l’ai arrêté rapidement : « ce n’est pas la peine de taper si fort vous allez me les casser ». Il a cessé et m’a dit « je vérifie que la douleur ne soit pas dûe à une infection ».

Je lui ai répondu « pas la peine de taper si fort juste en appuyant avec un doigt, c’est suffisant »

Puis il dit « c’est ce que je craignais quand vous m’avez parlé de meulages et de meulages, vous avez un déséquilibre et plus assez de hauteur de dent à droite. Regardez l’horizontal de vos yeux, et la direction d’une règle posée sous vos dents d’en haut, vous voyez l’inclinaison. Vous mastiquez à gauche et vous avez usé à gauche.
Maintenant fermez la bouche, vous voyez la ligne entre vos incisives du haut, elle n’est pas en face de la ligne entre vos incisives du bas. Maintenant faîte glisser la mandibule pour mettre les 2 lignes en face. Là vous voyez comment devrait-être vos mâchoires, et ainsi on voit très bien que vos dents à droite ne se touchent plus.

On va faire les tests, serrez les dents et poussez le bras vers le haut, ouvrez les dents et poussez le bras vers le haut, vous voyez la différence et maintenant avec ce carton entre les dents, vous voyez la différence, voilà vous comprenez l’utilité d’une bonne occlusion »

Oui et alors c’est quoi le traitement que vous proposez ?
« Pour établir le traitement, il faut que je fasse un bilan occlusal, puis on pourra parler du traitement »
Oui, mais il faudra refaire des prothèses et m’arracher des dents ?
« Vous voyez ces dents sur l’articulateur, au début c’était comme ça, un peu comme les vôtres, et avec le traitement vous voyez le résultat, on a modifié l’axe d’attache de la mâchoire de 4 (% je crois) et les dents sont bien »
Oui , mais alors les prothèses il faudra les changer ?
« l’objectif c’est de rééquilibrer pour vous soulager les douleurs de la nuque et vous permettre de manger à gauche et à droite. Pour cela il faudra déposer des prothèses et en refaire d’autres, et user les dents saines comme si elles avaient été usées naturellement par une mastication à droite que vous n’avez pas à ce jour »

Je suis rester perplexe, j’ai demandé à réfléchir, la secrétaire m’a fait un devis pour le bilan de l’occlusion (200€) et m’a demandé mon opinion. Je lui ai dit : « l’accueil est super, vous écoutez bien, vous expliquez bien, j’étais venu pour avoir un avis sur la prothèse qui me fait mal en dent 47, vous me proposez de me rééquilibrer totalement la bouche. Franchement c’est bien et passionnant… sur les autres, mais pour moi je ne sais pas, je vais réfléchir »

Et je suis reparti encore plus inquiet, car je n’ai pas vraiment eu d’avis sur la prothèse en dent 47. La seule chose que j’ai appris c’est que le traitement des racines a été bien fait. Sinon qu’elle était déjà bien meulée, ça je le savais.

En fait, c’est comme si j’étais allé chez un couturier demander qu’il me refasse un ourlet de pantalon. Le couturier veut bien refaire l’ourlet, mais aussi reprendre la largeur sur les fesses et sur la taille, bref refaire presque tout le pantalon. Une retoucheuse accepte sans discussion uniquement l’ourlet, même si le reste ne lui plait pas.

Et voilà, comme on dit « une cartouche grillée pour rien », j’ai cru à un moment avoir trouver mon nouveau dentiste.

Mais j’ai trouvé un dentiste qui semble avoir des compétences, mais qui doit aussi aimer se faire plaisir dans son travail, et donc les gros chantiers.
Il m’a proposé une masse pour enfoncer un clou :
refaire toutes mes dents pour remplacer une prothèse qui est mal ajustée !!!

Que vais-je faire?

Pour lire la suite, remonter en haut à droite de cette page et cliquer sur page 9.

 

9/ Retour chez dentiste CINQ le 19 mars 2010 (photos)

9/ Retour chez dentiste CINQ le 19 mars 2010 (photos)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Couronne au fond N°47 en août 2009, déjà un peu meulée puis

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La même en mars 2010 après 3 meulages supplémentaires aux 7 autres

On voit nettement la couronne métallique qui apparaît après les meulages de la céramique.

Maintenant je peux fermer la bouche bien droit en statique sans nourriture et sans avoir mal.
Donc impossible de manger normalement sinon douleurs, je pense que le coin externe avant serait aussi à meuler (comme le coin externe en arrière qui ne me provoque plus de douleurs lorsque je fais glisser mes dents les unes contre les autres)

Voilà ce qu’un dentiste appelle des couronnes adaptées au patient.
Nota : la prise d’empreinte effectuée est une empreinte partielle sur 6 dents (3 en haut + 3 en bas).
Donc AUCUN CONTROLE n’a pu être réalisé sur les contacts des dents en dynamique (mastication).
Travail de pro!!!
Petit rappel, en occlusion dentaire l’unité de mesure est le micron. Je vous laisse apprécier ici le travail au millimètre.

Pour lire la suite, cliquer ci-dessous sur Articles Précédents pour lire de la page  10 à  page 20.